L'impasse....

  • Par jacky03
  • Le 19/04/2013
  • Commentaires (0)

Nous avons mentionné dans notre page d'accueil, l'importance de la qualité des relations entre la Gérance et le Conseil de Surveillance représentant les Associés de la SC. Les lois de 1986 et 2009 restent malheureusement ambigües sur la question de la gouvernance et plus précisément sur la hiérarchie entre ces deux entités. Qui commande l'autre ? Le bon sens voudrait que le donneur d'ordre soit le Conseil de Surveillance compte tenu de sa légitimité élective Mais la loi en a décidé autrement et ce vide juridique "hiérarchique" ayant subsisté depuis la création de la Résidence en 1977, fait que la Gérance actuelle s'imagine toujours être le donneur d'ordre dictatorial sur la "Multipropriété" malgré son  "statut" de salarié de la SC.

En négligeant la communication essentielle avec les Associés pendant plusieurs décennies, la Gérance et plus généralement la "nébuleuse" Pierre & Vacances, par ailleurs experte dans le conflit d'intérêt dans sa gestion globale de la Résidence ( Multipropriété, Copropriété, Maîtrise d'Oeuvre pour les travaux,...), a perdu tout crédit auprès des Associés de la Multipropriété doit par conséquenr partir ou tout au moins, accepter de se remettre en concurrence avec d'autres candidates pour un éventuel nouveau "mandat", car le sien (2009-2012) est, aujourd'hui, légalement terminé!

Entendons nous bien, la qualité du travail du personnel de régie sur le site n'est pas en cause car ils sont tous, et ce depuis l'ouverture de la Résidence, très appréciés par l'ensemble des Associés. Ce sont essentiellement les "méthodes" de gouvernance opaques pour la majorité des Associés, conduisant inévitablement à  des hausses de charges excessives et aussi à une sous-location manifeste des studios de la Résidence.

Actuellement, la nébuleuse "Pierre & Vacances" parie plutôt sur le "pourrissement" des relations entre les multipropriétaires et les copropriétaires au lieu de faire l'effort nécessaire de négociation, entre toutes les parties, sur les droits et les devoirs de chacun pour l'intérêt général. En bref, nous devons combler le vide juridique laissé par la loi  et générer un  "accord de gouvernance" qui devra être soumis à la signature de tous les acteurs soucieux du bon fonctionnement de la Résidence ! Nous ne sortirons de l'Impasse qu'à cette condition !

Jacques Citerne

Candidat au Conseil de Surveillance pour l'Amidemulti     

Ajouter un commentaire